C’est loin d’être un scoop. Sur le papier, la saison 2018-2019 du ballet de l’Opéra de Paris n’est pas la plus palpitante qui soit. Le peu de grands classiques, l’augmentation constante des soirées mixtes aux multiples entractes… Pour le balletomane, qui court après chaque distribution, il y aura quelques creux cette année. Car, mis à part des périodes chargées fin octobre (soirée hommage à Jérôme Robbins/concours de promotion), en décembre (La dame/Cendrillon) et en février-mars (Le Lac), le reste de la saison danse laisse de la place pour aller voir ailleurs…

Alors pourquoi finalement ne pas en profiter pour aller chercher les classiques dans d’autres compagnies. L’occasion également d’organiser un week-end en bonne compagnie! Voici quelques idées de ballet à aller voir du côté de Londres, Barcelone, Rome, Berlin, etc.

En manque de Bayadère ? Le ballet sera à l’affiche du Royal Ballet dès le 1er novembre. Pour ceux qui ne pourront faire le déplacement, le cast Marianela Nunez (Nikiya), Vadim Muntagirov (Solor), Natalia Osipova (Gamzatti) sera filmé pour une diffusion au cinéma le 13 novembre. La distribution inverse (avec Natalia Osipova en Nikiya et Marianela Nunez en Gamzatti) est également prévue. La production de Natalia Makarova qui est présentée permet de voir le quatrième acte du ballet avec l’effondrement du temple. Pour les plus pressés, il faut espérer une promotion de dernière minute pour un vol Paris-Milan : le Bolchoï se produit à la célèbre Scala les 7 et 8 septembre avec ses étoiles Svetlana Zakharova et Olga Smirnova dans le rôle de Nikiya. En novembre également, du côté de Berlin, Alexeï Ratmansky proposera sa relecture du ballet, après une exploration du travail de Marius Petipa.

Pour Giselle, il faut se rendre dès le mois de septembre à Vienne et profiter des premiers chocolats chauds. N’oublions pas également le ballet de Zurich, lieu de résidence d’Éléonore Guérineau et de Yannick Bittencourt pour cette saison 2018-2019. La compagnie donnera Giselle en avril et en mai prochains. La Giselle d’Akram Khan’s, créée pour l’English National Ballet, sera donnée au Luxembourg fin janvier. 

La Belle au bois dormant  sera à l’affiche du ballet de l’Opéra de Rome dès septembre avec Marianela Nunez et Vadim Muntagirov dans les rôle-titres les 15 et 16 septembre. La version présentée est celle de Jean-Guillaume Bart. À Milan, la version de Noureev sera donnée fin juin-début juillet. Svetlana Zakharova et Polina Semionova figurent parmi les invités. Un voyage à New York de prévu ? Le ballet des ballets sera dansé par le New York City Ballet en février. Et si vous préférez la côte Ouest, il sera également donné au San Francisco Ballet au mois de mars 2019. 

Une envie de Corsaire ? La version de Manuel Legris est reprise en mai par le ballet de Vienne. Et tant qu’on évoque les relectures du directeur du ballet de Vienne, en novembre, sa Sylvia est très attendue. 

Les affiches annonçant la venue de la CND d’Espagne au Théâtre Liceu de Barcelone

En décembre, difficile de ne pas fredonner la valse des flocons et de ne pas avoir d’envies de Casse-Noisette. S’il reste de la place dans l’agenda il faudra aller du côté du Théâtre des Champs-Élysées où se produira Le ballet de Kiev. L’autre option est de traverser la Manche ou de s’envoler pour Vienne où l’on profitera des marchés de Noël. Autre solution (moins onéreuse), aller voir la version du Bolchoï au cinéma le dimanche 23 décembre. 

Pour ceux qui sont déjà en manque de Don Quichotte, la Compagnie National de Danza d’Espagne, dirigée par José Martinez, pose ses valises au Gran Teatro Liceu de Barcelone pour une série de représentation. Les afficionados de Kitri et Basilio pourront aussi revoir la version de Carlos Acosta créée pour le Royal Ballet. Mais aussi se rendre à Toulouse en décembre où la version de Kader Belarbi sera présentée par le Ballet du Capitole. Autre solution, se payer un billet pour San Francisco et aller voir le Don quichotte du SFB en janvier.

Une envie de ballets narratifs avant la Dame ?

Les addicts apprécieront Mayerling à Londres fin octobre. Manon sera à l’affiche en novembre prochain à la Scala de Milan. Puis, en janvier 2019 au London Coliseum avec l’ENB.  Et pour ceux qui sont déjà en manque d’Onéguine, ils peuvent prendre la direction de Moscou pour une représentation d’Onéguine au Bolchoï. Pour autant, quitte à avoir son visa en poche, pourquoi ne pas aller faire un tour du côté de Saint-Pétersbourg ? Le lac, La Sylphide sont présentés en ce début de saison. Les plus raisonnables pourront également profiter de la diffusion en direct au cinéma de la scène du Bolchoï le 11 novembre prochain.