Le concours de promotion des danseurs s’est déroulé le samedi 3 mars. Cette journée aura vu la consécration de Paul Marque, promu sans surprise, premier danseur. Dévoilés dans la journée, les résultats ont depuis eu largement le temps de faire le tour de la blogosphère danse. Quelques impressions personnelles sur cette journée.

Classe des quadrilles

1. Axel Magliano (promu)
2. Simon Le Borgne (promu)
3. Isaac Lopes-Gomes
4. Andrea Sarri
5. Giorgio Fourès
6. Julien Guillemard

Les quadrilles étaient les premiers à se lancer sur scène dans la variation du pas de l’ombre de l’acte I de la Sylphide de Pierre Lacotte. La fameuse qui commence par cette arabesque qui donne le ton pour le reste de la variation. Globalement, cette classe s’est montrée très homogène. La petite batterie, si caractéristique du style français, est d’ailleurs bien maîtrisée.

Andrea Sarri, qui a opté en libre pour la Fille mal gardée, était  l’un de mes préférés, tant sur le plan technique que sur la prestance. Isaac Lopes-Gomes a fait aussi un concours très équilibré. Axel Magliano a également convaincu en Albrecht, et ce fut le cas du jury visiblement qui lui donne la première place du classement. Pas./Parts  va bien aux lignes et au tempérament de Simon Le Borgne. Arrivé en seconde position, il est (enfin) promu Coryphée. Giorgio Fourès a également fait un beau concours avec la variation du troisième acte de la Belle au bois dormant.

À l’instar de la classe de quadrille des danseuses, il y a beaucoup nouvelles têtes. Certains paraissent encore un peu verts, mais le potentiel est là. Pour autant, il faut avouer qu’il n’y a pas eu cette année ce danseur qui vous tape à l’œil et sort du lot, comme on a pu le voir il y a quelques années avec les François Alu, Arthus Raveau, Hugo Marchand, Germain Louvet ou plus récemment Paul Marque. Autre précision, Antonio Conforti, grand favori, n’a pas passé le concours.

Classe des Coryphées

1. Francesco Murra (promu)
2. Pablo Legasa (promu)
3. Thomas Docquir
4. Hugo Vigliotti
5. Michaël Lafon
6. Alexandre Gasse

La classe des Coryphées devait relever un challenge bien particulier cette année. Pour imposée, on leur a attribué la variation de Lenski, celle du duel au deuxième acte d’Onéguine. Une variation relativement longue qui exige beaucoup sur le plan de l’interprétation, et qui, prise hors de son contexte, ne se prête pas forcément à l’exercice du concours. Certains ont réussi à faire passer l’émotion, d’autres moins. Le choix des libres a contribué à les départager.

Francesco Murra, classé premier, à fait un beau concours. Le danseur avait choisi la première variation de Basilio dans l’acte I de Don Quichotte. Une variation vivante et bien menée. Grand favori, Pablo Legasa avait choisi la mazurka d’Etudes. Un choix un peu décevant. On aurait attendu une plus grosse prise de risque. Le danseur termine à la deuxième place. On n’oublie pas non plus le bel Apollon de Michael Lafont.

Mais il faut bien le souligner, le moment qui aura marqué ce concours de promotion est la prestation d’Hugo Vigliotti. La danseur a vite passé aux oubliettes la mélancolie de Lenski pour nous transporter dans la transe de Frédéri. Complètement habité, il a hypnotisé la salle. Sa non promotion (il a été classé quatrième) est clair quant au message que lui envoie la direction. Sa taille poserait peut-être problème pour les partenariats. Pourtant, avec une Eléonore Guérineau, il pourrait enflammer la scène.

Classe des sujets

1. Paul Marque (promu)

2. Jérémy-Loup Quer
3. Marc Moreau
4. Daniel Stockes
5. Allister Madin
6. Fabien Revillion

 

Sans surprise, le concours des sujets a vu la promotion de Paul Marque. Brillant, le danseur s’est nettement démarqué dans la belle variation de Des Grieux du premier acte de l’Histoire de Manon. Personnellement, je redoutais cette promotion rapide (le danseur a gravi à très grande vitesse les échelons de la hiérarchie). Le concours d’hier a fini de me démontrer qu’il avait la maturité et qu’il pouvait faire de grande chose. Et son Jean de Brienne m’a donné envie de revoir Raymonda. Bravo à lui.

Classé deuxième, Jérémy loup-Quer a également réalisé un beau concours. Ce dernier tour sans ciller dans la variation de Des Grieux restera gravé dans ma mémoire de balletomane. La variation de l’automne était également une belle démonstration. C’est presque dommage qu’il n’y ait pas eu deux postes! Roland Petit était également de la partie avec le Fantôme de l’Opéra. Un beau choix pertinent d’Allister Madin, qui m’a beaucoup plus. Marc Moreau s’est également bien défendu dans la variation d’Other Dances de Robbins. La fatigue se faisait un peu sentir pour Fabien Revillion. Enfin, Sébastien Bertaud a dansé, toujours avec esprit, l’autre variation d’Other Dances de Robbins. Sur les sept candidats, c’est le seul qui n’est pas classé. Ce qui parait d’autant plus ingrat que c’était son dix-septième concours…

 

Avant de tourner définitivement le page de ce concours de promotion, un grand bravo à tous les danseurs et danseuses qui y ont participé. Et cela, malgré les représentations d’Onéguine, Daphnis et Chloé et du Boléro. Et merci à eux pour la diversité du choix des variations.. Noureev, Petipa, Robbins, Lacotte, Roland Petit, Lander… de quoi rappeler la diversité du répertoire de cette belle compagnie (qu’on aurait tendance à oublier au vu des dernières programmations…).