Pour donner un aperçu de la soirée Peck/Balanchine, présentée à Bastille du 2 au 15 juillet prochain, l’Opéra de Paris a programmé il y a une dizaine de jours cette rencontre de dernière minute. Focalisée sur le premier mouvement du ballet Brahms – Schönberg Quartet de George Balanchine, cette séance de travail a réuni Valentine Colasante, Séverine Westermann et Yann Chailloux. L’actuel maître de ballet Sébastien Marcovici était en charge de cette répétition qui s’est déroulée dans une ambiance bon enfant.

Après une brève présentation de cette oeuvre en quatre mouvements qui fera son entrée au répertoire à la fin du mois, Sébastien Marcovici a invité les danseurs à le rejoindre en scène. Ils répèteront l’ensemble du premier mouvement, alternant les entrées du couple et de la danseuse soliste qui mène le corps de ballet composé de huit femmes et de quatre hommes. Séverine Westermann est la première à se lancer. « Cette partie a été chorégraphiée pour quelqu’un de très grand et de très puissant. Il faut qu’il y ait cette sensation de liberté, sans perdre pour autant  les positions et en insufflant en même temps de la puissance », explique le répétiteur qui en profite pour apporter son expérience de rôle qu’il a dansé au New-York City Ballet. Il insiste sur les mains, très importantes pour Balanchine. « L’air est lourd. Chaque doigt a son propre espace », explique-t-il. Il revient également sur la précision et l’importance d’arriver sur le début du compte. Le maître de ballet explique que la danseuse sera au centre d’un carré de danseurs. Très féminine, Séverine Westermann paraît à son aise dans le style Balanchine. Cette danseuse que l’on voit plus souvent dans du contemporain m’avait déjà agréablement surprise dans le répertoire classique. Reste à voir maintenant ce que cela donnera en scène.

Valentine Colasante et Yann Chailloux

Valentine Colasante et Yann Chailloux

De leur côté, Valentine Colasante et Yann Chailloux répètaient pour la première fois ensemble. Les deux danseurs ont pris un peu de temps pour s’accorder dans les portés tout en s’habituant au tutu de Valentine Colasante quelque peu encombrant. Sébastien Marcovici pointe certaines difficultés du pas de deux, notamment lorsque le garçon doit porter la fille tout en maintenant ses mains au même niveau, avant de la placer sur une seule jambe ensuite. Le répétiteur donne plusieurs conseils. Lorsque les danseurs entrent séparément, il explique que les danseurs doivent se chercher et que les ports de bras de la fille ne soient pas trop romantiques. Sébastien Marcovici explique qu’il y a toujours un côté sophistiqué chez Balanchine. La répétition se termine par le final du premier mouvement et le porté épaule, qui doit être réalisé tout en délicatesse car il ne se passe plus grand chose sur scène à cet instant. Une chose difficile, les danseurs étant bien fatigués à la fin de ce mouvement.

Séverine Westermann

Séverine Westermann

Si les danseurs ne semblent pas encore au point, ils ont encore quelques semaines de répétitions devant eux. Rendez-vous dès le 2 juillet pour découvrir l’intégralité de cette pièce, qui sera présentée avec la nouvelle création de Justin Peck.

Séverine Westermann, Valentine Colasante et Yann Chailloux

Séverine Westermann, Valentine Colasante et Yann Chailloux