Dès l’annonce de la nomination de Benjamin Millepied à la tête du ballet en janvier 2014, une question était sur toutes les lèvres : pour combien de temps? La réponse a été donnée mercredi 3 février, lorsque d’abord Paris Match au conditionnel, puis France Info au présent cette fois-ci, ont annoncé le départ de l’actuel directeur de la danse. L’intéressé a annoncé officiellement sa démission le jeudi 4 février dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux invoquant la lourdeur des charges administratives lui laissant peu de temps pour se consacrer à la création.

Capture BM

Si ce départ semble prématuré, ce qui est certain c’est que Benjamin Millepied laissera son empreinte. Dès la prise de ses fonctions, il est arrivé plein de projets et bouillonnant d’idées pour le ballet. L’une de ses premières actions s’est portée sur la santé des danseurs via la mise en place de séances de gyrotoning et pilates, et via l’intégration d’une équipe médicale de kinésithérapeutes au sein de l’Opéra de Paris. On se souvient également du changement des parquets des studios de l’Opéra (information largement relayée dans la presse) pour limiter les risques de blessure.

Janie Taylor et Benjamin Millepied

Janie Taylor et Benjamin Millepied

Benjamin Millepied a rapidement cherché à mettre en avant de jeunes talents dans les grands classiques comme Casse-Noisette, le Lac ou encore La Fille Mal Gardée. Il a fait émerger une nouvelle génération de danseurs (Hannah O’Neill, Léonore Baulac, Hugo Marchand, Germain Louvet, Letizia Galloni…). Qu’on ait aimé sa création Clear, Loud, Bright, Forward ou non, il faut bien avouer que son casting « déchirait ». En revanche, si certains étaient mis en avant, d’autres l’étaient beaucoup moins. Et certains se sont retrouvés laissés de côté, ce qui a sans aucun doute contribué à créer des tensions dans la compagnie. Côté répertoire, il est arrivé avec un répertoire américanisé, amenant de nouveaux chorégraphes, et notamment Justin Peck, chorégraphe tendance à New-York. Deux de ses ballets entreront au répertoire au printemps prochain.

Homme sans doute trop pressé, et sans doute trop « star system », il s’est vite confronté à une institution qui n’allait pas aussi vite qu’il souhaitait. Il faut dire que si Benjamin Millepied avait l’expérience de sa propre compagnie LA Dance Project, créée à Los Angeles, le nombre de danseurs et les contraintes administratives sont loin d’être les mêmes que la gestion des 154 danseurs de la grande maison qu’est l’Opéra de Paris.

Le documentaire Relève et l’interview accordée au Figaro en décembre dernier ont certainement mis le feu aux poudres, Benjamin Millepied critiquant ouvertement le corps de ballet dans la descente des ombres (et cela en pleine série de Bayadère), tandis que l’Ecole de danse en prenait pour son grade dans le documentaire de Canal+.

Benjamin Millepied quittera ses fonctions le 15 juillet prochain et sera remplacé par l’Etoile Aurélie Dupont. En attendant il présentera sa prochaine et deuxième saison le 10 février prochain. Une saison qui devrait comporter deux nouvelles créations du chorégraphe. Dès ce soir, c’est La Nuit s’achève, son nouveau ballet, qui sera présenté à Garnier.