En pleine canicule, rien de mieux qu’un bon bol d’air frais avec la Fille Mal Gardée! L’humour et la légèreté du ballet de Frédérick Ashton sont toujours aussi efficaces et nous font oublier cette chaleur suffocante pour deux heures de plaisir, de danse et de bonne humeur.
Aurélien Houette, Eléonore Guérineau, Fabien Révillion et Mathieu Contat
En scène ce samedi 4 juillet, deux sujets, déjà bien connus des balletomanes. Éléonore Guérineau incarne Lise, jeune fille amoureuse de Colas, que sa mère (Simone) veut contraindre à épouser Alain, fils d’un riche propriétaire de vignobles. Dans ce ballet, à l’argument léger mais si drôle (n’oublions pas qu’il s’agit du premier ballet d’action créé à l’aube de la révolution française !), Éléonore Guérineau incarne une Lise pétillante et malicieuse. Il est difficile de croire que notre soliste d’un soir (qui a déjà dix ans de corps de ballet derrière elle) n’ait jamais eu de rôles principaux auparavant! C’est un réel plaisir de la voir en scène. Radieuse, la ballerine a une présence incontestable et lumineuse. Sa variation est un délice, ses sauts aériens. Ses ports de bras et son travail de bas de jambe, un ravissement. À ses côtés, Fabien Révillion paraît plus effacé au premier acte. Son personnage prend plus d’épaisseur et s’affirme au fil de la représentation. Quelques réceptions sont bancales mais son personnage de Colas est attachant. Ensemble, les deux danseurs forment un joli couple, très touchant. Ils nous font tour à tour sourire, rire et nous attendrissent.
Eléonore Guérineau et Fabien Révillion
Pour pimenter leur idylle, il faut bien entendu compter sur la Mère Simone et les talents d’acteur d’Aurélien Houette. Même si l’ombre de Stéphane Phavorin plane encore sur ce rôle, le danseur nous fera rire du début à la fin, que ce soit dans sa très réussie danse des sabots ou dans sa pantomime et ses expressions, bien appuyées sans toutefois caricaturer.
Cette soirée voyait également les débuts du jeune Mathieu Contat dans le rôle du benêt Alain. Encore un peu vert, le danseur nous aura concocté un beau numéro, très drôle, et a montré qu’il avait plusieurs cordes à son arc.
Mathieu Contat
N’oublions pas également le joueur de flûte d’Anthonin Monié (et dire qu’à l’entrée au répertoire, c’est Mathias Heymann que l’on retrouvait dans ce rôle!). Mention spéciale au corps de ballet, très en forme en cette fin de saison, et à sa joie de danser, au courageux poney qui brave la chaleur et la pollution pour dix minutes sous les projecteurs.
Saluts, La Fille Mal gardée, 4 Juillet 2015
Au final, un délicieux moment, toujours aussi rafraîchissant, pour clore cette saison 2014-2015!