Le prix de l’Arop (Association pour le rayonnement de l’Opéra de Paris) est décerné chaque année à deux danseurs du corps de ballet qui se sont distingués au cours de la saison précédente. Pour cette édition 2014, les membres de l’association ont choisi de récompenser Léonore Baulac (Coryphée) et Allister Madin (Sujet). Les deux danseurs succèdent ainsi à Amandine Albisson et Pierre-Arthur Raveau. Deux prix plus que mérités pour ces deux talents !

Léonore Baulac et Allister Madin dans Daphnis et Chloé (Millepied)
Photo : Agathe Poupeney

Léonore Baulac

Léonore Baulac lors du Défilé en septembre dernier
Entrée dans le corps de ballet en 2008, Léonore Baulac s’est rapidement fait remarquer par le public, grâce à sa personnalité lumineuse. On l’aperçoit dans Joyaux de Balanchine (Rubis et Diamants), ainsi que dans les ballets de Noureev (Casse-Noisette, La Belle au bois dormantRaymonda, Roméo et Juliette…). Sa progression au sein de la hiérarchie fût toutefois plus lente, et l’étape du concours de promotion difficile à franchir, ce qui n’a pas empêché la jeune femme de se faire remarquer par la chorégraphe Anne Teresa de Keersmaeker et d’être choisie pour la première distribution de Rain en 2011. La danseuse a également eu l’occasion d’interpréter le rôle d’Olympia dans La Dame aux Camélias de Neumeier à la rentrée 2013. Deux mois plus tard, elle est promue Coryphée à l’issue du concours de promotion. Au printemps dernier, elle interprète avec succès le personnage de Lycénion dans la création Daphnis et Chloé de Benjamin Millepied (qui semble beaucoup apprécier les qualités de la talentueuse danseuse).
La suite s’annonce plutôt bien pour Léonore Baulac avec une belle prise de rôle à venir :  elle interprétera le rôle titre de Casse-Noisette, aux côtés de Germain Louvet, les 12 et 17 décembre prochain. 

Allister Madin.

Allister Madin intègre quant à lui le corps de ballet en 2005 en tant que surnuméraire. Puis, petit à petit, il gravit les échelons du corps où il est aujourd’hui sujet. Parmi les nombreux rôles qu’il a interprétés, on retient l’Idole dorée dans La Bayadère (Noureev), Alain dans La fille mal gardée d’Ashton, le Chef des gitans dans Don Quichotte (Noureev), Inigo dans Paquita (Lacotte), Zaël dans La Source (Bart), le Pas de deux des écossais dans La Sylphide (Lacotte) ou encore l’Oiseau Phoenix dans l’Oiseau de feu (Béjart). Avec sa personnalité bien affirmée, le danseur a la capacité de s’approprier et de leur insuffler une belle énergie. Plus récemment, il s’est distingué dans le rôle de Dorcon, dans Daphnis et Chloé de Benjamin Millepied. 
Même si on ne peut plus le considérer comme l’un des « jeunes talents » de la compagnie, Allister Madin aura sans aucun doute sa carte à jouer lors du prochain concours de promotion le 3 décembre prochain. En attendant, il aura l’occasion de nous émerveiller dans le rôle de Zaël à l’occasion de la reprise du ballet de Jean-Guillaume Bart, La Source, au Palais Garnier en décembre prochain.
A lire sur le même sujet