Dernière soirée de ballet présentée à Garnier pour cette saison 2013-2014, la soirée Robbins / Ratmansky réunit Dances at a Gathering et Psyché. Les représentations des 19 et 21 juin étaient précédées du défilé du ballet.
Si le 21 juin marque chaque année le début de l’été et la fête de la musique, cette année cela aurait pu également porter également le nom de fête de la danse, tant les danseurs de Dances at a Gathering nous ont transporté. Entré au répertoire de la compagnie en 1991, ce ballet de Jérôme Robbins est à l’origine le deuxième entièrement chorégraphié sur la partition de Chopin (après The Concert).
Ce petit bijou donne une bouffée d’air frais avec ces danseurs évoluant tour à tour en solo, duo ou trio. Un bel hommage à la danse américaine avec pour cette soirée du 21 juin une distribution merveilleuse. Coup de cœur pour le danseur en brun campé par le très charismatique Mathieu Ganio (très en forme!). L’Etoile enchante avec sa danse élégante et inspirée. Que ce soient dans la première Mazurka, dans le pas de deux avec la danseuse en rose (dansée par Ludmila Pagliero), dans son dernier solo ou dans la séquence « Big Dog, Little Dog » en duo avec Karl Paquette, il nous communique son plaisir et sa joie de danser, tout en nous gratifiant d’une technique irréprochable et d’une danse majestueuse. Le danseur n’est pas seul en scène. 
Mathieu Ganio (danseur en brun)
Aurelie Dupont est une danseuse en vert piquante, à la fois malicieuse et touchante dans la séquence dite « Walk Waltz ». On aime également le charme et la délicatesse de Ludmila Pagliero, les belles arabesques d’Amandine Albisson, très à l’aise elle aussi dans du Robbins. Sans oublier la fraîcheur de Charline Giezendanner (danseuse en bleue) et la vivacité de Nolwenn Daniel (danseuse en jaune). Côté garçons, Karl Paquette est un solide danseur en mauve, Josua Hoffalt un talentueux danseur en vert. Tandis qu’Emmanuel Thibault  sied bien au rôle du danseur en rouge brique. On ne peut se lasser de la fraîcheur qui se dégage de ce ballet, de cette spontanéité et de cette joie que nous communiquent les danseurs. On valse avec les uns, sourit avec un autre, s’émerveille devant ces mouvements si fluides et si bien esquissés. Les soixante-trois minutes de ballet passent à toute allure. On en redemanderait presque encore… 
Saluts de Psyché
Après sa création en septembre 2011, cette soirée se poursuit avec la reprise de Psyché de Ratmansky. Après l’ambiance « champêtre » de Dances, place à un univers onirique et merveilleux. Si les costumes et les décors paraissent toujours un peu kitchs (à noter que certains costumes ont été bien allégés depuis la création), le ballet reste intéressant sur le plan chorégraphique, notamment les pas de deux réunissant Éros et Psyché ainsi que les solos de Venus. Côté distributions, cette reprise s’ouvre avec remaniement quasi complet pour les rôles titres, avec pour ces premières soirées Laëtitia Pujol et Marc Moreau en Psyché et Éros. Laëtitia Pujol s’avère très à son aide dans ce rôle. Elle incarne une Psyché entière, avec une interprétation nuancée montrant bien l’état d’esprit et les mœurs de son personnage. À ses côtés, Marc Moreau est un bel Eros, peut-être encore un peu fébrile sur le plan technique mais qui devrait être de plus en plus à son aise et se dévoiler encore plus sur le plan artistique au fil des représentations. Quant à Alice Renavand, elle reprend avec succès le rôle de Venus, vêtue cette fois-ci d’une belle robe rouge. Le rôle de la déesse de l’amour lui va comme un gant. Le corps de ballet, majoritairement composé de Coryphés chez les filles et de sujets pour les garçons, n’est pas en reste. On repère à nouveau les gracieuses et longilignes Léonore Baulac, Lydie Vareilhes et Marion Barbeau. Sans oublier, Sébastien Bertaud, Alexis Renaud et Axel Ibot chez les garçons.
  1. Laetitia Pujol, Marc Moreau et Alice Renavand
En un mot, une excellente soirée avec une première partie de haut niveau et une distribution très convaincante.

À noter que cette soirée sera diffusée ce vendredi 27 juin en direct sur Mezzo et sur Culture Box. 
A lire sur le même sujet