Vendredi 28 février, Isabelle Ciaravola a tiré sa révérence dans le rôle de Tatiana dans Onéguine. Après trente minutes de standing ovation, sous une pluie d’étoiles pailletées, la belle Etoile s’en est allée. Une soirée d’adieux merveilleuse et chaleureuse, avec un public debout, pour rendre hommage à cette belle et fabuleuse artiste.
Isabelle Ciaravola
En avril 2009, j’assistais à la première représentation d’Isabelle Ciaravola en tant qu’Etoile dans Onéguine aux côtés d’Hervé Moreau. Je garde un précieux souvenir de cette belle soirée, plus que mémorable. Cinq ans plus tard, ce couple d’exception se reforme à l’occasion des adieux à la scène de la danseuse Etoile. Ces soirées d’adieux sont toujours baignées d’une atmosphère particulière et cette soirée du 28 février fût si bouleversante qu’elle n’aura pas laissé les spectateurs ressortir indemnes. Onéguine est un ballet intense, mais avec Isabelle Ciaravola et Hervé Moreau dans les rôles principaux, il vaut mieux se préparer à vivre des sensations fortes.
Le 23 février, ce magnifique duo m’avait déjà profondément ému. Les deux Etoiles ont campé une Tatiana et un Onéguine hauts en couleur, profondément émouvants. Vendredi soir, pour cette occasion très spéciale, les deux Etoiles se sont à nouveau surpassées jusqu’à nous faire pleurer. On en était déjà plus que convaincu mais Isabelle Ciaravola incarne incontestablement la plus belle Tatiana de l’Opéra. Elle est bouleversante, poignante et irradie en scène. A ses côtés, Hervé Moreau est un Onéguine formidable, d’une grande classe. Tous les deux sont en osmose totale, ce qui se traduit par deux pas de deux sublimes. Celui du rêve au premier acte est si passionné, tandis que celui de la chambre conclut le ballet en apothéose. Cet ultime pas de deux est tellement poignant et vibrant que notre estomac se serre. Lorsque l’orchestre entonne les dernières notes de Tchaïkovski, lorsque Tatiana, qui vient de congédier Onéguine, tombe à genoux au sol et que le rideau se referme, les larmes coulent. Cette fois-ci, c’est bien la dernière. Le rideau s’ouvre à nouveau. Spontanément, le public se lève et applaudit à tout rompre. Une longue et chaleureuse ovation commence.
Isabelle Ciaravola & Hervé Moreau
Un salut, un deuxième salut. La belle Etoile s’avance, pensant que ses partenaires et les autres danseurs la suivront. Mais ils restent en retrait. Plus la danseuse s’approche de l’avant-scène, plus les applaudissements redoublent. Les bouquets sont jetés sur la scène. Hervé Moreau, puis Karl Paquette s’empressent d’aller les chercher. Pendant trente minutes, le public fidèle à cette belle Etoile ne s’arrêtera pas d’applaudir . Un bel hommage et un moment particulièrement émouvant de voir cette magnifique étoile sous une pluie de paillettes Etoilées recevoir une telle ovation de la part de son public. L’Etoile est bientôt entourée de ses partenaires de prédilection, Hervé Moreau, Karl Paquette, et bien entendu Mathieu Ganio que l’Etoile a appelé en scène. Ce dernier lui remet un magnifique bouquet. Laetitia Pujol est également venue rejoindre la danseuse en scène, sans oublier Clothilde Vayer, Ghislaine Thesmar et Pierre Lacotte. N’oublions pas Mathias Heymann et son beau et poétique Lenski, l’Olga très volage de Charline Giezendanner ainsi que tout le corps de ballet, sans qui cette représentation n’aurait pu être aussi magnifique. Sans oublier bien évidemment, l’impérial Prince Gremine de Karl Paquette et ce pas de deux très réussi du dernier acte. 
Un bel hommage, plus que mérité, pour cette artiste hors du commun, qui à chacune de ses apparitions en scène a toujours énormément donné. Une belle artiste qui me laissera des souvenirs impérissables dans le rôle de Tatiana qu’elle a marqué à jamais, mais également celui de Garance dans les Enfants du Paradis, l’Ange dans la IIIè Symphonie de Mahler, dans Giselle, et bien évidemment dans Manon… Sans oublier sa dame aux camélias que je regretterai à jamais de n’avoir jamais vu en « live ». Isabelle Ciaravola est une danseuse d’un grande générosité, d’une sincère humilité. Une danseuse qui vous fait vivre des sensations fortes à chacune de ses prestations. C’est une magnifique Etoile (irremplaçable) qui a tiré sa révérence vendredi. Un grand merci pour ces précieux instants, ces magnifiques souvenirs, ces grands frissons et toutes ses soirées inoubliables. Une fois le rideau baissé, les applaudissements ne cesseront pas, si bien que l’Etoile reviendra pour un ultime salut. 
Une merveilleuse soirée…
A lire sur le même sujet