Le mois de janvier, la neige et le froid tirent leur révérence et laissent place au mois de février.

Un mois de janvier qui s’est avéré être assez tumultueux avec une actualité de la danse relativement bouleversée. L’agression portée à Sergueï Filin tout d’abord en Russie, nouvelle choquante qui a eu de nombreux échos dans les médias et à laquelle de nombreux artistes ou insitutions ont témoigné leur soutien. En début de semaine, on apprenait également la défection de l’Etoile du Bolchoï Sveltana Lunkina, qui prend la direction du Canada. La nouvelle Direction de la danse a été révélée et jeudi dernier, Benjamin Millepied a été annoncé comme prochain Directeur de la danse de l’ONP, dès la fin du mandat de Brigitte Lefèvre (c’est-à-dire début octobre 2014). Entre temps, le festival Suresnes Cité Danse s’est déroulé (et un reportage au coeur du festival est à voir pendant 7 jours sur Francetvpluzz), une partie du ballet répète Kaguyahime à Garnier tandis que l’autre partie s’est envolée pour l’Australie avec Giselle.

Mais, que nous réserve le mois de février 2013? 
Côté scène.

Kaguyahime (chor. Kylian), du 1er au 17 février (Garnier).
Entré au répertoire du ballet en juin 2010, Kaguyahime de Jiri Kylian revient à l’affiche, mais cette fois-ci au Palais Garnier. J’ai eu l’occasion de voir cette pièce en 2010, je me souviens avoir trouvé la scène un peu grande, peut-être que le Palais Garnier conférera une ambiance plus intime, plus confinée. L’argument est tiré d’un conte japonais, Kylian a chorégraphié l’histoire de cette princesse descendue de la lune et dont tous les hommes tombent amoureux. Mi-janvier, une rencontre était programmée autour de la pièce avec Alice Renavand, Caroline Bance et Adrien Couvez, de quoi se remettre dans l’ambiance et obtenir des explications supplémentaires. Trois distributions sont prévues pour cette soirée. Ainsi, alterneront Alice Renavand et Hervé Moreau (qui assurent la première ce soir), Marie-Agnès Gillot et Alexis Renaud, Vincent Chaillet et Agnès Letestu. L’intégralité des distributions est disponible sur le site de l’Opéra. A découvrir. Pour se mettre dans l’ambiance (ou se convaincre d’y aller), cette vidéo est à regarder, un magnifique passage de ce ballet. 
La Soirée « Danseurs Chorégraphes ».
Cette manifestation avait déjà eu lieu il y a deux ans et avait connu un fort succès. Pour ma part, je n’avais pu y assister. Je ne pourrai m’y rendre à nouveau cette année mais je ne peux que vous la conseiller.  Cette manifestation se déroule à l’amphithéâtre Bastille (où ont lieu les rencontres). le principe, donner aux danseurs du ballet de montrer leurs talents de chorégraphes. L’an dernier, j’ai eu l’occasion de découvrir au cours du Gala présenté par le groupe de danseurs de Karl Paquette au Théâtre des hauts-de Seine de Puteaux Fugitif, création de Sébastien Bertaud, présentée en 2011,  que j’avais tout simplement adoré, aussi bien du point de vue de la mise en scène que de la chorégraphie.  Les Danseurs Chorégraphes s’exprimeront sur la scène de l’Amphithéâtre Bastille du 26 au 28 février prochain. Pour réserver, il suffit de cliquer sur l’onglet « Autre » de la billeterie du site de l’Opéra.
Le ballet en Australie.

(c) Opéra National de Paris/operadeparis.fr



Mi-janvier, le ballet est partie pour une tournée en Australie. Aurélie Dupont, qui a finalement été dispensée de tournée, accordait une interview mi-janvier au magazine The Age. Cette interview s’avérait
très intéressante, notamment sur la perception et sur la manière de l’Etoile de travailler le rôle. Aurélie Dupont devait danser à l’origine avec Mathieu Ganio et ce sont finalement Dorothée Gilbert (Giselle), Mathieu Ganio (Albretch) et Marie-Agnès Gillot (Myrtha) qui ont assuré cette « Opening night » australienne. Les premiers échos sont plutôt positifs, voyez par vous même : dans The Sidney Morning Herald, The Australian , sur ce site et encore ici. Isabelle Ciaravola a d’ores et déjà posté quelques photos de sa représentation avec Karl Paquette hier sur sa page facebook. Treize représentations sont prévues et le public australien aura la chance de découvrir la Giselle de Myriam Ould Braham (que l’on espère fortement voir un jour à Paris).
Côté expositions.
Noëlla Pontois, Divine Etoile – Elephant Paname, du 1er au 29 mars.


Elephant Paname, à deux pas du Palais Garnier a ouvert ses portes à la rentrée 2012. Organisateur de spectacles, de concerts, loueur de studios de danse et proposant des cours de danse, Elephant Paname  propose ce mois-ci une nouvelle exposition Noëlla Pontois. Les affiches (plutôt réussies!) sont diffusées et sont visibles un peu partout dans la capitale. Question tarifs, il faut compter 12,50€ plein tarif et 10€ pour les tarifs réduits. Par ailleurs, un jeu Noëlla Pontois est organisé et c’est la somme symbolique de 1€ qu’il faut verser afin de participer au tirage au sort.
En savoir plus sur l’exposition : site d’Elephant Paname.
Du côté des libraires…
Si vous avez eu l’occasion d’aller faire un tour dans une librairie ces derniers temps et que vous avez flâné dans les rayons destinés aux plus jenes, vous avez peut-être remarqué la réédition de l’encyclopédie Images Doc Passion dédié au ballet. En couverture de cette réédition, on retrouve Léonore Baulac. La danseuse était dernièrement l’un des quatre espoir de la compagnie présenté dans le documentaire « La danse à tout prix » diffusé à la télévision en décembre 2012. Hormis la couverture, le livre écrit par Marie-Valentine Chaudon rassemble 28 double pages exclusivement consacrées au ballet : l’histoire du ballet en général, le déroulement d’un cours de danse, mais aussi l’Opéra de Paris, les grands danseurs et les grandes époques de la danse sont évoqués. Pour vérifier si vous êtes plutôt calés ou non, un quizz est proposé à la fin du livre. Un beau cadeau pour des petits neveux et nièces, des plus jeunes passionné(e)s (mais, pourquoi pas pour les plus grands également?).
A cinéma.
Au mois de février, pourquoi ne pas s’accorder une petite pause pour aller voir le NDS ballet au cinéma, c’est le 7 février et il s’agit d’une création de Cristal Pite, chorégraphe du NDS Ballet, jusqu’à présent peu de connaissance sur le sujet, mais pourquoi ne pas tenter?

Vidéo coup de coeur : en attendant le mois de juin (et en croisant les doigts très forts pour qu’une certaine danseuse soit invitée…).

A lire sur le même sujet