Représentation de McGregor annulée en matinée le samedi 9 juillet, mais pas de temps à perdre, finalement je me retrouve au Théâtre du Châtelet (et plutôt bien placée!) pour une représentation du Miami City Ballet. Petit compte-rendu express de cette matinée!

Au programme cet après-midi là:

Symphony in three movements
Afternoon of a faun
Liturgy
Ballet Imperial

Symphony in three movments
(c) Joe Gato
Symphony in Three Movements
Un ballet qui plonge le spectateur dans l’univers de Balanchine, pour ma part j’ai beaucoup apprécié. Le style Balanchine va bien à ce Miami City Ballet, tout semble fluide. Parmi les trois couples, l’une des danseuses (en justaucorps rose) se démarque des autres, et semble bien s’amuser avec son partenaire avec une danse vive et précise. Les ensembles sont réussis, une pièce réussie pour entrer dans cette matinée et plonger dans l’ambiance du Miami City Ballet.
Afternoon of a faun
Sans aucun doute, le coup de coeur de cet après-midi! Déjà il y a la musique de Delibes bien évidemment, les premières notes transportent le spectateur. Puis, il y a décor: le public se retrouve plongé dans une salle type salle de danse, une pièce calfeutrée où règne une atmosphère presque étouffante. Ensuite, viennent les danseurs: le couple formé par les deux danseurs de cette matinée, Jennifer Carlynn Kronenberg et Carlos Miguel Cerra, sont excellents. Lui incarne ce faune envouteur et elle est cette nymphe qui attire l’attention dès son entrée dans la pièce. Le public se retrouve plongé dans cette ambiance pendant 10 minutes, un voyage envoûtant. Une pièce enivrante! 
Liturgy
Après un précipité destiné à se remettre de l’oeuvre précédente, place au Liturgy de Christopher Wheeldon. Après l’enivrant Afternoon of a faun, ambiance plus froide et plus austère pour cette pièce où c’est l’esthétique qui semble prendre le dessus. Malgré de belles poses, c’est le justaucorps très échancré de la danseuse qui semblerait presque attiré les applaudissements du public. Il y a de beaux moments avec des portés très intéressants, les danseurs sont superbes, mais je reste malgré tout hermétique à la chorégraphie.
Ballet Impérial
C’est dans un décor plus féérique que le rideau du théâtre du Châtelet s’ouvre pour la dernière fois de cette matinée sur les danseurs du Miami City Ballet. On retrouve à nouveau l’esprit Balanchinien avec cet ensemble de danseuses, qui s’imposent et qui attirent les « ohh » du public, et l’orchestration de la chorégraphie. Les costumes sont beaux, les danseuses magnifiques avec de jolis ports de bras (bravo aux solistes!), . Au final, malgré les beaux ensembles, les danseurs très investis, je trouve ce ballet plus long à la fin. 
Une matinée plutôt réussie avec des danseurs qui ont su nous emmener dans l’univers de deux grands chorégraphies: George Balanchine et Jérôme Robbins. Coup de coeur pour Afternoon of a faun.
A lire sur le même sujet