Depuis le 21 avril dernier jusqu’au 8 mai, le ballet de l’Opéra présente l’Hommage à Jérôme Robbins. Cette soirée a déjà été présentée l’an passé pour marquer les dix ans de la disparition du chorégraphe. Cette année, sont à nouveau présentés En sol, Triade, création de Benjamin Millepied, ainsi qu’ In the night et The concert.


La soirée s’ouvre avec En sol, un ballet très jazzy qui plonge dans une ambiance « plage, soleil, palmiers.. », très légère et joviale. La chorégraphie et les costumes du corps de ballet, petits maillots rayés de couleurs vives, rajoutent cet effet. Les parties dansées par le corps de ballet sont d’ailleurs les plus vivantes, les danseurs prennent beaucoup de plaisir et s’amusent. Karl Paquette et Marie-Agnès Gillot dansaient le pas de deux, un pas de deux qui manquait d’émotions et de complicité. Les deux danseurs semblaient plus à l’aise lorsqu’ils étaient seuls.

MA Gillot-Karl Paquette (En sol)

Dans Triade, Stéphanie Romberg réussit à capter l’attention et à prendre possession de la scène. Les scènes du quatuor formé par Audric Bézard, Marc Moreau, Stéphanie Romberg et Muriel Zusperreguy sont les parties les plus réussies.

Moment de poésie, moment de magie. In the night est un ballet qui laisse le spectateur rêver. Pas un seul murmure dans la salle qui se plonge dans la pénombre. Trois couples, se succèdent, entrent en scène, se croisent, et se confrontent; chacun symbolisant l’amour à différents âges de la vie. Clairemarie Osta et Benjamin Pech étaient magnifiques, leur pas de deux était plus émouvant et encore plus intense que l’an dernier. Agnès Letestu et Stéphane Bullion nous ont également offert un très beau pas de deux, une Agnès Letestu très lumineuse hier. Le dernier pas de deux était dansé et magnifiquement bien interprété par Aurélie Dupont et Nicolas Leriche. Un très bel In the night hier soir, très émouvant avec des interprètes de grande qualité qui laisse libre court à la rêverie.

The Concert

La soirée se terminait avec The Concert. Un ballet que l’on prend beaucoup de plaisir à voir( et même à revoir. ) La première fois, on découvre et on se laisse surprendre par les gags qui se succèdent, et l’on se surprend à rire. L’an passé, Dorothée Gilbert avait fait ses premiers pas dans le rôle de la Ballerine et avait réussi à éclipser tous ses partenaires en scène et laisser un souvenir impérissable! Hier soir, Eve Grinstajn dansait le rôle de la ballerine, et elle était extraordinaire! Eve Grinsztajn a su imposer son jeu, différent de Dorothée Gilbert certes, mais qui lui va à merveille! Elle joue parfaitement bien le rôle de cette ballerine, complètement névrosée, et révèle de belles qualités d’actrice! Mais n’oublions pas les ballerines, l’étudiant timide, les deux demoiselles (belle performance de Laurène Lévy), la mari mais surtout la pianiste, Vessela Pelovska, qui tous ont su faire rire la salle aux éclats.

Une soirée qui laisse de très bonne humeur!

A lire sur le même sujet